OUI à la sécurité

OUI à Schengen/Dublin


Grand événement public du 2 mai à Fribourg avec conseillère fédérale Karin Keller-Sutter

Le 19 mai 2019, la révision de la loi sur les armes sera soumise au vote. La Suisse doit prendre une décision : une loi sur les armes avec des adaptations raisonnables et de nombreux avantages dans les domaines de la sécurité, de la liberté de circulation, de l‘économie et de la gestion des demandes d’asile ou prendre le risque d’une résiliation des accords de Schengen/Dublin

Le projet élaboré par le Conseil fédéral et le Parlement est équilibré. D’une part, les changements sont raisonnables et tiennent compte de la tradition suisse du tir. D’autre part, l’association à Schengen et à Dublin, importante pour la Suisse, est préservée.

Schengen, c’est quoi ?

L’accord d’association à Schengen facilite, d’une part, les déplacements au sein de l’espace Schengen (carte ci-dessous) grâce à la suppression des contrôles des personnes aux frontières intérieures et améliore, d’autre part, l’efficacité de la lutte contre la criminalité grâce à une meilleure collaboration internationale dans les domaines de la justice et de la police, via notamment le système d’informations Schengen II.

Dublin, c’est quoi ?

L’accord de Dublin permet de renvoyer un requérant d’asile dans le pays signataire où il a déposé sa première demande. Cela permet d’éviter que les demandeurs d’asile ne puissent pas être renvoyés d’un pays à l’autre ou que, après le refus de leur demande, ils n’en déposent une nouvelle dans un autre Etat membre du système Dublin. Depuis l’entrée en vigueur de l’accord de Dublin, la Suisse a ainsi pu renvoyer 29’861 personnes vers d’autres pays et réaliser des économies dans le domaine de l’asile à hauteur de 271 millions de francs en moyenne par an selon le Conseil fédéral.



Le temps presse, engagez-vous pour votre sécurité et pour préserver la participation de la Suisse aux accords de Schengen/Dublin.

Nouvelles de la campagne